Léolo le gros

En mai 2004, par un bel après-midi, je reçus un appel de ma chérie paniquée m’empressant à venir la rejoindre à son atelier rue Ste-Catherine. Sans m’en dire plus, elle me demanda de me dépêcher. J’enfilai alors mon vélo pour descendre en catastrophe à l’atelier, bravant le trafic, croyant ma chérie en détresse.

Une fois arrivé sur les lieux elle m’emmena à la boutique voisine qui en fait était fermée depuis belle lurette et qui était devenu un squat pour junkies et autres créatures nocturnes. Il s’agissait un édifice à deux étages, insalubre et en état de décrépitude avancé. Inutile de faire un portrait des lieux aux lecteurs Montréalais mais pour les autres, la rue Ste-Catherine est l’artère la plus flamboyante de Montréal mais plus on s’aventure vers l’est (les quartiers dit »populaires ») plus on retrouve de la misère et de la pauvreté. Quoi qu’il en soit, dans tout ce bazar de boutiques et d’échoppes il y a de très beaux petits commerces et on peut y dénicher de tout à bon prix. Donc, une fois arrivé sur les lieux elle pointa la vitrine avec une larme à l’oeil pour me montrer à l’intérieur un tout petit chat tout maigre d’environ deux ou trois semaines.

Elle l’avait vue la veille qui se promenait le long de la vitrine en miaulant, affaibli et maigre, cherchant sûrement sa maman. Maintenant le petit chat semblait sur le point de terminer sa courte et misérable petite vie. Revêtant mon armure de héros qui n’a pas froid aux yeux, j’entrepris alors le sauvetage du minet. Il y avait moyen de gravir un escalier de secours chambranlant à l’arrière mais les deux étages ne communiquaient pas ensemble et il y avait d’énormes trous dans le plancher. Il y avait des seringues, des détritus et tout au fond une vieille chatte de gouttière. Elle était borgne et il lui manquait une oreille. Lorsqu’elle m’aperçut elle se mis à émettre ce son particulier aux chats qui s’apprêtent à défendre leur territoire. Armure de héros ou pas, je suis en bermuda et sandale. Je n’ai nullement envie de me faire déchiqueter les mollets. Au niveau du sol il y avait une porte à l’arrière, dans la cour. L’herbe était haute et des détritus jonchaient le sol. Découverte horrible, il y avait d’autres petits chats morts dans l’herbe. Je parvins à la porte et en me servant de mes anciennes aptitudes de délinquant juvénile, j’arrivai à forcer la porte sans dégats. Il régnait à l’intérieur une odeur immonde. Une partie du plafond s’était effondré et j’en déduis que le minet avait fait une chute au rez-de-chaussée.

Peut-être que cette chute le sauva d’une mère infanticide, peut-être que non. Peu m’importait à ce point, je devais me rendre au petit chaton et le sortir de là. Lorsque je m’approcha de lui il me regarda en miaulant très faiblement. Il se laissa prendre et je quittai le taudis en prenant soin de refermer la porte derrière moi. Eva m’embrassa avec passion et après quelques petites caresses délicates au chaton, enfourcha son vélo et parti pour chercher de la nourriture et de la litière. pendant ce temps j’alluma une cigarette devant l’atelier avec notre nouvel ami qui m’ignorant buvait en faisant de grands bruits. Il resta toujours un peu sauvage mais notre Léo était devenu un gros matou timide et peureux mais qui nous démontrait son amour par d’énormes câlins. Je dis « était » car depuis hier il n’est plus chez nous. Il a disparu sans laisser de trace.

Eva et moi avons beaucoup de peine…

Publicités

4 réflexions sur “Léolo le gros

  1. C’etait en juillet qu’on l’a trouvé et c’est quasiment jour pour jour en juillet deux ans après qu’on l’a perdu …Je ne comprend toujours pas comment il a pu sortir de la maison .Il me manque .bizz mon bibi

  2. Heu…faudrait peut être voir à employer le passé simple de la bonne façon non?

    Parce que quand même, « j’arriva » ou « lorsque je m’approcha »…c’est un peu abusé, hein?

    Il y a un super site qui s’appelle « le conjugueur », ça peut être utile parfois pour eviter certaines inepties conjugales 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s