La souris…

Je l’ai revue hier soir. Seule au milieu du parc. Un sac de sport plein à craquer de souvenirs. La souris est revenue. Je ne sais pas d’où. Un café à la main et ce permanent sourire timide.

Les gens passaient près d’elle sans la voir. Il faut dire qu’elle se fondait au décor du centre-ville. Un décor constitué de béton sale, de papiers qui jonchent le sol et d’infrastructures défraîchies. Est ce que les souris sont toutes blanches au départ et prennent leur couleur avec le temps?

Deux ans déjà depuis la dernière fois où je l’ai croisée. Un été, elle était assise un banc. Effrayée par des américains bruyants venus s’enivrer à Montréal, elle semblait lutter contre le sommeil. Parce que le sommeil signifie souvent l’agression, le viol, le meurtre. Même si ce sommeil peut être le seul refuge où elle peut revivre son passé, il reste son ennemi. Dormir sur un toit?, c’est possible mais pas toujours accessible. Chaque itinérant a son secteur. Mais pas la souris.

Je lui avais apporté un café chaud, avec deux crèmes et deux sucres que j’avais pris soin de laisser à part, question de goût. Les souris boivent peut-être leur café noir? J’aimais l’idée d’offrir l’option. C’est normal, la base du service à la clientèle. Elle m’a regardé de son sourire et a dit;

– Merci…

Un merci de souris; comme un doux murmure aigu…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s