Heroïc fantasy…

Je termine la lecture du Silmarillion de J.R.R.Tolkien pour la quatrième fois. Je sais, ça fait ‘’nerd’’ mais à chacun son vice. Pour le fun j’ai décidé d’écrire une page dans le style de Tolkien et voici le résultat :  

           Les années qui suivirent ce que les Hommes des Terres Éternelles appelaient Bar-Lofthinuien, ou la Bataille des Larmes de Feu, s’écoulèrent dans une paix sans faille et les peuples alliés purent prospérer et étendre leur culture sur la majeure partie de ce que les Eldweldn appelaient Balathanadhim, ou en dans la langue perdue des Nirveth, Segementhorion. Cette plaine immense bordée au sud par l’Anneau maléfique de Goth Inion avait jadis été la scène de la plus horrible bataille entre les peuples des Hommes. 

          Quand la lune fit sa première apparition dans le ciel, Halathanior, fils d’Halathaniul que l’on nomme à présent Gurn Eloth, qui signifie en langue Eldweldn; Celui qui arracha la Griffe, eut l’idée d’inscrire pour la première fois des caractères dans la pierre. Ces caractères avaient la signification des mots qu’il enseigna aux enfants de Tholbrin et de Cromonion et qui furent perpétrés depuis. La première pierre portait des inscriptions allant à l’encontre de l’idéologie du peuple des Croms sur le mouvement des lumières célestes, eux qui avaient fait la paix avec les gens de la maison d’Halathaniul il y a de ça 200 ans. C’est ainsi que débuta Bar-Lofthinuien.            

          Lombzaghurdur, serviteur de Craganthor, roi des Croms et plus fidèle serviteur de Goth Inion avait corrompu le cœur des Croms en répandant le mensonge. Une ancienne rivalité se réveilla entre eux et ils allèrent défier la maison d’Halathaniul pour la deuxième fois depuis que le monde pleure la disparition de Murmidhil la Chasseresse. 

           Halathanior tomba aux côtés de ses fidèles serviteurs et son fils Halathaniel qui, étant en âge de porter le heaume et l’épée, défendit chèrement sa dépouille afin de la déposer sur la colline de Bazak-Dzadûm qui était sacrée depuis que la belle et douce Jania y eut élu domicile à la fin de la première ère.  

          Les puissances de Goth Inion tremblèrent à la vue d’Halathariel car sa rage au combat dépassait tout ce qu’ils purent contempler jusqu’alors. Halathariel pleurait son père et de sa lame s’écoulèrent des larmes de haine qui brûlèrent ses assaillants jusqu’au dernier. Seul,   Lombzaghurdur pu fuir et quitta définitivement Balathanadhim pour ne jamais y revenir.C’est ainsi que pris fin l’amitié entre les peuples des Hommes et que la puissance ténébreuse de Goth Inion régna sur les Terres Éternelles… 

Donc, pour écrire du Tolkien il faut : de l’imagination, une mémoire phénoménale pour retenir tous les noms bizarres qu’on invente au fur et à mesure et surtout il faut faire une description exhaustive des moindres détails (ce que je vous ai épargné ici, jusqu’à un certain point).   🙂 Blague à part, si vous aimez l’Héroïc Fantasy, je vous le conseille fortement…

 

P.S.: Pour les puristes, ne voyez pas ici de sarcasme mais plutôt du second degré. Ne me frappez pas de la colère de votre dague car je ne suis pas digne de contempler la lumière de Valinor.  🙂

Publicités

4 réflexions sur “Heroïc fantasy…

  1. Goubli: C’est la meilleure lecture pour commmencer avec Bilbo le Hobbit, après ça se corse avec le Silmarillion et le reste. Mais pour moi c’est comme du chocolat. Toutefois je refuse de porter une cape au travail 😮
    Grosses bises xx

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s