Météo…

Cet été il pleut. Beaucoup trop depuis plusieurs jours avec très peu de répit. La ville est humide et moite. Certains végétaux en profitent et prolifèrent tandis que d’autres pourrissent, gorgés d’eau. Les gens sont maussades, agressifs, bougons. Les vacances des gens de la construction ont lieue dans un épais nuage gris chargé d’eau. Le mois de juillet aura été une piscine froide, une plage déserte, une marina abandonnée au détriment des activités intérieures.

 

Et il y a moi. Je suis bien. Le ciel gris sombre m’apparaît bleu. La menace d’un orage qui approche n’est pas suffisante pour me faire accélérer le pas. Je marche imperturbable en direction du dépanneur, le sourire aux lèvres. J’entre et me prend une glace, je paie et je quitte en sifflotant. Les gens m’observent. J’ai l’air heureux. J’ai une femme dans la tête. Je mange ma glace, le Pat Metheny Group en trame sonore. Je bifurque légèrement pour éviter un drôle de duo qui discute de Dame Nature. L’un d’eux brandissant un poing rageur en direction d’un cumulus anonyme, l’autre hochant la tête en signe d’approbation. Ils arrêtent à mon passage et observent mon attitude débonnaire. La guitare de Metheny dicte à mes pieds le rythme à conserver. Je suis imperméable.

 

Je vis mon été. Je l’extériorise et le savoure telle cette glace à la vanille enrobée de chocolat.

 

Je marche et j’observe. Mon quartier est généralement laid. Les immondices du 1er juillet jonchent toujours le sol négligé d’Hochelaga-Maisonneuve. Nous sommes le 24. L’odeur fétide d’urine de chien émane de certains appartements en bordure de rue dont le climatiseur souffle l’effluve chaude sur les passants. Je croise un enfant sale et marabout. La vieille femme d’en face a mis de jolies fleurs bleues dans une jardinière. Un chien et son maître, tout aussi laid l’un que l’autre me toisent comme si j’étais le dernier des trous du cul.

 

Dans une semaine, je quitte cet enfer bétonné. Je souris à la pensée d’une petite forêt sur les rives rocailleuses de la Gouffre : Mes vacances à moi.

 

De retour à la maison, je sors mes clés et j’ouvre. À peine la porte refermée, l’averse inonde à nouveau la ville qui se lamente en silence…

Publicités

4 réflexions sur “Météo…

  1. c’est maman la fille? hahaha je fais l’innocente ca me va bien, presque aussi bien ques mes sandales trop confortable que j’ai recu en cadeau lors d’une rare belle journée.

    Je voulais aussi te dire, que je suis souriante aussi et que j’aime les orages surtout lorsque ca se dechaine et que la pluie mouille les filles.

  2. En plus qu’on peut dire qu’on est chanceux cet été ont a des phenomenes rares de trombes d’eau c’est pas tout le monde qui peut s’en vanter :O) Vive la pluie surtout quand ca fait clapotis.

  3. Salut Tine,

    Tant mieux si tu es bien dans tes nouvelles sandales :o) et vive les phénomènes météo et les filles mouillées!!! :o)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s