La course – Première partie…

.

Pour Henriette Jasmin, c’était enfin l’apothéose. Toutes ces années d’entraînement allaient finalement porter fruit. Les dirigeants de l’archevêché de Montréal avaient enfin autorisé l’évènement. Y voyant un excellent moyen d’attirer des foules à l’Oratoire St-Joseph, ils avaient finalement accepté les nombreuses requêtes venant de tous les diocèses de la province.

 

L’évènement était prévu pour septembre.

 

Dans sa résidence de Charny, elle passait plusieurs heures par jour à genoux sur l’escaladeur que son Gontran lui avait offert l’année dernière. Henriette aimait sa routine et son entraînement rigoureux lui permettait de jouir d’un certain prestige lorsqu’elle rencontrait ses pairs. Le dimanche, à la messe de 11h00, on lui demandait comment sa semaine s’était passée, si elle était prête. On lui demandait des conseils culinaires. On l’interrogeait sur ses trucs, ses recettes spécialement conçues en fonction de son entraînement. Comme par exemple, quelle était la mesure idéale de lait condensé pour donner aux pommes de terre pilées, cette divine consistance mousseuse.

 

On la complimentait souvent sur sa ligne, malgré ses 110 kilos. Henriette n’avait plus la taille de ses vingt ans mais son endurance à l’effort et son débit verbal lorsqu’elle priait à haute voix s’était grandement amélioré.

 

La question des commanditaires avait été réglée en 2006 lorsqu’elle fut approchée par les entreprises Réjean Gendron, la compagnie de son frère, plus grand fournisseur en ustensile de plastique de la région métropolitaine. Son « jersey » de couleur jaune arborerait le logo de la compagnie; une fourchette blanche à la verticale sur un fond vert en forme de brocoli. Elle avait choisi le numéro 69, année de naissance de son dernier rejeton.

 

Elle était prête.

 

Dans un gymnase défraîchi de la rue Ontario, Pierrette Bournival s’appliquait à sauter à la corde à danser en écoutant en boucle la chanson Eye of the Tiger du groupe Survivor. Son entraîneur, Roch Chiasson, un fervent catholique venu de Tracadie-Sheila, lui faisait soulever des caisses de poisson congelé dans une chambre froide, la faisait sauter à la corde et répétait sans cesse dans son jargon de l’atlantique qu’il fallait battre la morue pendant qu’à vous regarde. Pierrette avait la rage au cœur. Elle avait perdu la face à la dernière compétition clandestine. Arrivée dernière à cause d’un gravier placé au mauvais endroit, elle n’avait pas pu se hisser à la dernière et deux-cent quatre-vingt troisième marches de l’Oratoire. Elle avait dû déclarer forfait à la marche 124, surnommée La Ste-Blandine.

 

En effet, il était plus simple pour les adeptes de cette discipline, d’identifier les marches par le saint auxquelles elles étaient associées au lieu que par ordre numérique. Cette manière d’identification permettait également de raffermir la foi de ceux qui pouvaient se vanter de connaître par cœur, les 283 saints et leur ordre bien défini. Par exemple, ceux qui se rendaient à la St-Fabien (200ième) sans ampoules étaient considérés comme des pros.

 

Un jour Octave Cournoyer, un dévôt irréprochable s’était vanté d’avoir monté et descendu les marches tout en récitant un chapelet aux dix marches. Il avait selon lui, accompli cet exploit en seulement douze heures. Il fut contesté et humilié lorsqu’Huguette Poitras l’avait questionné sur le nom de la marche à partir de laquelle il avait récité son 92ième pater. Ne sachant pas répondre il avait quitté la chorale et fut remplacé par son pire ennemi, Gustave Painchaud qui avait le plus beau Minuit Chrétien de la région.

 

Au matin de la compétition, Henriette fit sa toilette et récita un rosaire devant le miroir. Top-chrono : trois minute vingt. Elle avait la forme. Ses genoux avaient été aux petits soins durant les derniers jours. Le docteur Gauthier, ami de la famille depuis 1954, lui avait administré une injection de gel dans chaque ménisques pour lui procurer une lubrification supérieure. La glucosamine faisait partie de son menu de suppléments quotidiens. Elle enfila son jersey et embrassa son Gontran qui lui donna sa trousse de compétition : Un chapelet en résine, une bouteille d’eau, une serviette et une bible.

 

Henriette était prête.

 

À la station Côte des Neiges, Pierrette qui se remettait d’une grippe, fumait une Craven « A » Menthol en visualisant sa victoire. Son conjoint Ti-Guy lui avait conseillé des cigarettes à la menthe pour favoriser sa guérison et ouvrir ses bronches. Elle avait mis son t-shirt West Coast Chopper à défaut d’avoir un commanditaire. La compagnie de tabac House of Craven n’avait pas voulu investir dans cette course et ce refus avait blessé Pierrette dans son amour propre. Tant pis, elle irait habillée comme à tous les jours. Toutefois, elle avait pris soin de porter un legging en spandex qui, sans rendre grâce à sa silhouette bovine, lui procurerait la célérité nécessaire au moment voulu.

 

À suivre…

 

Publicités

8 réflexions sur “La course – Première partie…

  1. « Son conjoint Ti-Guy lui avait conseillé des cigarettes à la menthe pour favoriser sa guérison et ouvrir ses bronches. Elle avait mis son t-shirt West Coast Chopper à défaut d’avoir un commanditaire. »

    Hé hé!

    Tu n’écris pas assez souvent…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s