Les chaussures…

L’autre jour, j’attendais l’autobus au coin de Rosemont et de Chabot quand un sexagénaire tout maigre et tout sale portant un drôle de chapeau tout déformé et retenu par un foulard rouge s’est approché de moi. Il a posé ses mains sur mes joues, m’a souri sans malice, sans dire quoi que ce soit et a continué son chemin. J’étais tellement surpris que je n’ai pas bougé. Mon alerte danger/menace n’a pas retentie.

 

Juste une surprise très étrange.

 

Je ne me suis pas demandé s’il avait les mains propres, question que je me serais normalement posé en une nanoseconde avant même que ses paumes touchent mes joues. Ou même pourquoi il a fait ça. En le suivant des yeux, je l’ai vu tenter la même manœuvre avec les trois personnes qu’il a croisé. Tous ont eu un mouvement de recul une réaction agressive. Tous ont eu probablement peur. Pas moi, trop surpris…

 

Ce même bonhomme est repassé devant moi hier. Il n’avait pas son chapeau et ses cheveux blancs étaient coiffés. Moins affectueux, il s’est contenté de me sourire en me saluant comme un gentilhomme du XVIIIème siècle. J’ai fait de même en m’inclinant un peu et en lui renvoyant mon plus honnête sourire. Il a continué son chemin et a salué tous les gens qu’il a croisés. J’ai remarqué qu’il portait des chaussures trempées et pleines de trous. Il faisait -15 degrés Celsius. Sa misère ne l’empêchait pas de sourire… Désinstitutionnalisé ou pas, ce bonhomme m’a fait chaud au cœur.

 

Qui a-t-il de si étrange dans sa manière d’interagir avec autrui? Prendre le visage d’un inconnu dans ses mains est un peu excessif j’en conviens mais pourquoi ne pas saluer amicalement tous le monde? Pourquoi sommes-nous toujours constamment en mode défensif et que nous refusons de sourire aux autres?

 

On souri à ceux qu’on aime, à ceux qu’on connaît. Occasionnellement, on sourit à des gens que l’on croise ou qui nous offrent un service : au supermarché, à la jolie caissière, au vieux monsieur qui lui vous salue chaque matin et vous offre un journal gratuit en entrant dans le métro. On sourit dans le vide en regardant quelque chose de rigolo ou d’attendrissant. Pourquoi ne pas sourire à tous?  Pourquoi ne pas communiquer de façon plus humaine? Pourquoi ne pas se faire un devoir d’être souriant avec ceux qui normalement ne nous en donne pas envie? Pourquoi ne pas se fixer comme objectif de sourire à une personne nouvelle au hasard par jour?

 

Le civisme, la courtoisie et la galanterie (à la limite) ne semblent plus faire parti de la vie urbaine en 2009…

 

Changeons tout ça voulez-vous?

Publicités

9 réflexions sur “Les chaussures…

  1. Un jour, je marchais avec ma blonde dans un sentier, quelque part près de Sutton. Je cueille une fleur, machinalement. Trois minutes plus tard, on croise un autre couple, un gars et une fille de notre âge; je donne la fleur à la fille, comme ça, gratuitement…
    Les deux autres (le gars et ma blonde) ont eu l’air choqués… La fille a souri et a gentiment accepté ma fleur. Bizarre, n’est-ce-pas ?
    Une autre fois, à Washington, Je roule avec ma blonde (pas la même), fenêtres ouvertes. On arrête à un feu rouge. À notre droite, un type, au volant d’une camionnette, s’étire le bras et donne une belle rose à ma blonde, qui l’accepte en riant. Je ris moi aussi. Le gars a l’air content de son geste.
    Cette histoire finit donc mieux que la première… Les USA sont-ils en avance sur nous ?

  2. Garamond: De toute évidence, la deuxième blonde était plus zen 🙂 Peut-être que les américains ont plus de savoir vivre que nous, je crois plutôt que peu importe les frontières, il reste heureusement des gens aimables parsemés un peu partout…

  3. C’est sans doute le rythme effréné de la vie qui nous empêche de voir les autres, mais tu as raison, on doit tous faire un effort là dessus :o)
    xxx

  4. Goubli: Oui, c’est vrai, on est tellement pressé par toutes sortes de choses qu’on oublie l’important. Il y a des endroits où la vie est plus paisible et où les gens sont plus enclins aux échanges courtois… Bisous à toute la familia xxxxx

  5. Joli texte, moi aussi je suis partisane d’un retour à plus de courtoisie, et ce n’est pas évident. Même en étant de bonne humeur le matin, je commence à sourire aux gens que je croise, je leur dis bonjour mais à force de croiser des regards interrogatif (on se connaît?), ou agressif j’ai tendance à rerentrer dans ma coquille. Et il me faut faire un effort pour continuer. Et les jours ou je suis de mauvaise humeur (ça arrive à tout le monde) c’est encore plus difficile. Mais je ne désèspère pas, ne serai-ce que pour les personnes agées ou les enfants qui la plupart du temps sont ravis et répondent, voir engagent la conversation.

  6. Je peux te sourire quand tu veux et tu sais pourquoi. Quant aux autres, j’en ai aucune idée. Je fais juste penser aux gens qui parlent avec leur téléphone pluggé à l’oreille et parlant seul me font complètement capoter…

    Les dimensions que prennent l’espace intérieur de l’Homme me dépassent. C’est la seule chose que je peux admettre.

  7. Mathieu: Faut regarder au delà de ça. Certains prennent beaucoup d’espace, c’est peut-être leur façon bien à eux d’entrer en contact avec nos bulles ne sachant pas comment s’y prendre autrement. Certaines personnes ne savent pas communiquer du tout et croient qu’en s’appropriant plus d’espace, ils deviennent plus importants… Je ne sais pas. Sur papier ça semble faire un certain sens mais dans la vie de tous les jours?..

    On est dû pour se voir nous autres! 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s