En bref…

Il n’y a pas de quoi s’énerver mais il a fait 10 degrés à Montréal aujourd’hui. Quand même, il faut le souligner. Souligner surtout le fait que malgré les humeurs changeantes de Dame Nature, il y a toujours des gens qui se foutent pratiquement à poil lorsque le mercure passe la barre des 5 degrés à la toute fin de l’hiver. Allô?.. On est au Québec!Aussi, rappelons-nous qu’à chaque année, on reçoit une bordée de neige au début avril, comme pour nous signifier que malgré les crottes de chien qui dégèlent, le froid sera de retour dans moins de six mois…

Bref, le mercure chute actuellement et sera vers les -10 degrés dans quelques heures. Allez vous rhabiller chers citoyens, au risque d’attrapper un coup de mort. C’est certain qu’il est encourageant de pouvoir enfin circuler sur les trottoirs sans avoir à zigzager entre les plaques de glace mais de grâce, gardez vos vêtements (surtout vous messieurs)!

Sur un autre ordre d’idée, revenons sur le sujet palpitant de la courtoisie. Ça ne s’améliore pas croyez-moi. Heureusement on voit ici et là, très sporadiquement, des gens qui font des efforts pour se tenir la porte ou pour offrir leur siège dans les transports en commun. On voit aussi des gens qui bousculent sans s’excuser, des jeunes écrasés dans des bancs, des vieillards qui s’accrochent pour rester debout (merci au jeune qui fait semblant de rien) dans des autobus conduits par des syndiqués frustrés maîtrisant difficilement le ratio frein/accélérateur de leur monstres rouillés.

On vit dans une belle société. Parfois je me demande si ça ne serait pas la conséquence d’un manque de spiritualité. Sans être bigot au point d’avoir une bible accrochée dans le cou, je me demande si le fait que l’homme moderne ait rejeté la religion ne fait pas de lui un être amoral, enclin à l’égocentrisme. Comme dirait l’autre, me semble que dans l’temps c’était pas d’même?

Je ne suis pas pour la religion, mais un peu de spiritualité ne fait pas de tord. On ne parle pas ici d’ésotérisme à la noix ou de quête vers une sagesse infinie mais simplement d’une prise de conscience de soi et de notre rôle dans l’espace qu’on occupe et de nos responsabilités sociales. On peut faire le bien en prêchant par l’exemple. Pas facile me direz-vous quand vous renversez sur votre chemise, votre grand café-latté de chez Starbuck’s pour lequel vous avez dû faire un emprunt, parce qu’un zigoto a décidé qu’il serait plus simple de passer au travers vous plutôt qu’à côté. En passant, ce n’est qu’un exemple. J’ai une chemise blanche aujourd’hui mais pas les moyens de me payer des Starbuck’s.

Vivement le printemps, je pourrai alors laisser ma chemise à la maison…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s