La vie…

Une légère neige tombe sur Montréal.  Dans le trafic matinal du boulevard Décarie et la grisaille du matin j’ai l’impression de flotter au dessus des voitures.  Joie, anxiété et fébrilité au rendez-vous.  Je vais te voir pour la première fois.  Petit être que je ne connais pas mais qui me ressemble. Comme un reflet dans le miroir de ma propre existence.  Un petit passager comme dit si bien celle qui partage mon bonheur et la lourde et gratifiante tâche de te porter.

Arrivés à 07h15 à la clinique, on se serait cru à l’intérieur d’un cétacé.   Toute de verre, de granit et de métaux aux formes arrondies, les parois froides de la clinique et ses corridors sinueux peints rouge sang nous donnaient cette drôle d’impression.

La réceptionniste, femme ronde aux grosses lunettes et à l’accent indéfinissable nous envoya un «  Bravo! » suite à la prise de nos coordonnées et un « Très bien! » en guise de réponse à nos salutations.  Là, j’étais certain qu’on avait affaire à des extraterrestres venus recueillir des données sur notre bagage génétique.  Banque de cellules souches et cordon ombilical surgelé en prime.  La situation est déjà assez surréaliste comme ça!

Quelques instants après, à la première image de l’échographie sur laquelle nous t’avons vu gigoter, nous sommes tombés amoureux.  Les yeux pleins d’eau, le cœur gonflé d’un sentiment indéfinissable et nouveau, nous t’avons rencontré.  Les commentaires scientifiques de l’infirmière ne parvenaient plus clairement à mes oreilles.  Mon attention était portée sur toi et sur ta maman émue qui me tenait la main.  Nous avons entendu ton petit coeur battre pour la première fois.

Battre pour vivre, battre pour les parents dévoués que nous nous sommes jurés d’être.

Je croyais ma vie remplie.  Je croyais que j’étais rendu à un point de mon existence ou tout est logique et à sa place.  Voilà que tu arrives et que tu abats toutes mes défenses et remet en question tous mes principes sans même en avoir conscience.

Je n’ai pas vécu avant toi.

Je me suis préparé tout au plus, à être quelqu’un de bien.  Quelqu’un qui pourra t’offrir la stabilité, le confort et l’affection nécessaire à ton épanouissement.  Toi l’être neuf, la jeune pousse fragile, je reste qui je suis mais dorénavant j’ai l’infini de tes rêves futurs devant moi.

Je t’aime, déjà.

Publicités

2 réflexions sur “La vie…

  1. OOOo… et là moi je verse une larme…de joie face à ce beau bonheur qui vous attend. Puisse ce petit être de lumière illuminer votre vie comme les deux miennes l’ont fait pour moi. À partir d’aujourd’hui vous trouverez que toute l’existence n’a pas la même saveur ! 😉 Félicitations… La Prose xx

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s